Des mon arrivee, j'ai trouve l'appelation des instituts de beaute suffisamment cocasse pour y porter de l'interet. J'imagine etre capable d'exploiter a un moment ou un autre ce "parloir de beaute" ou "confessionnal de beaute" dans mon travail plastique sur les VANITES.

- Entrez mon enfant! Approchez que je vous arrache quelques poils pour expier vos peches, que je vous presse 2 ou 3 points noirs pour votre redemption...Priez avec moi pendant que je vous  decongestionne les paupieres.

beautyparlour1

Souffrance et beaute reunies sous une meme chapelle. Je n'ai pas pu resister a l'envie de tester pour vous ce nouveau lieu de culte et malgre l'aspect impudique que cela pourrait revetre pour certains d'etaler sur un blog cette zone tres "private" de mon existence, j'espere que l'aspect ethno-comparatif de cette etude leur fera oublier ce depassement intempestif de limites du raisonnable.

J'y suis allee 2 fois a confesse. La premiere fois chez Lakshme Beauty Parlour laisse encore une trace cuisante dans ma memoire. Cuisante car oui!!! la cire appliquee etait trop chaude et parce que la maniere qu'avait la pretresse de retirer la bande echauffait les sangs. (petite explication technique pour les non-pratiquants ou athes de l'epilation : la technique actuelle d'epilation consiste a appliquer une fine couche de cire translucide sur la peau puis de la recouvrir d'une bande de coton qui est ensuite tiree d'un coup sec dans un geste parallele a la partie epilee et dans le sens inverse de la pousse du poil). En effet, la maudite tirait sa bande de bas en haut creant d'abord un decollement de la peau avant d'entrainer l'arrache en force du poil. Pas douillette d'ordinaire pour ce type d'operation, mes dents serrees retenaient les cris et mes ongles enfonces dans la mousse du brancard de beaute empechaient mes mains d'arracher les cheveux de la traitresse ou de lui devisser la tete. Le pire fut lorsqu'elle s'est attaquee au maillot - gentiment appele "bikini" par ici - et je vous epargner les details du massacre mais la petite peau fine et delicate de cette partie du corps est encore a vif a l'heure qu'il est.

beautyparlour2

Aujourd'hui, cherchant a etayer mon "Guide de la douleur exquise du voyageur", je me suis rendue a Naturals Beauty Parlour. Pas de maillot par prudence, un "full leg wax" suffira. Le lieu est unisex et c'est devant quelques messieurs que l'on me demande quel bon vent m'amene. Je me sens un peu rassuree car je constate que, pour un institut de soin, le recrutement a l'air d'etre plutot effectue sur des criteres de competences que ceux d'apparence physique car ils ont tous un probleme de peau : tache de vin, acnee ravageante...On m'attribue Maitresse Vatika qui m'entraine dans un petit box du genre infirmerie en prefabrique arrose au neon blafard.

Vatika a un procede epilatoire energique et peu propice a la detente. En effet, la ou d'habitude chez mon estheticienne du 18eme arrondissement je trouve une spatule, je vois ici un couteau de cantine en inox, a bout rond certes et aux dents elimees mais il s'agit bien de l'outil qui servira a etaler la melasse. Tout se passe ensuite dans le arme-lance de la bandelette de coton, d'une plus grande efficacite lorsqu'elle commence a se charger de cire car elle prend mieux de l'elan et retombe sur la cuisse avec un "clac" plaisant. Une fois la bande de tissu ainsi appliquee, des franches tapes (pour ne pas dire "flagellations localisees") viennent assurer l'adhesion totale entre les superpositions de matieres : peau talc poil cire coton. L'arrachage est fait dans la regle de l'art, parallelement a la jambe. Ouf!
Pour finir de tonifier les chairs, Vatika me passe une poignee de glacons sur la peau denudee avant de passer une huile a la mandarine qui se fige immediatement. Je prolonge mon experience sensorielle par une pedicure de 3/4 d'heure assez delicieuse dont le cout modere (5 euros) a ete plus qu'incitatif meme si - comme dirait mon cher et tendre - il ne semble pas que le materiel reponde aux criteres d'hygiene en vigueur de la Communaute Europeenne.